Very bad trip - _ - _ - _ - _ - _ - _ Steven Paddock - un carton à Las Vegas - jackpot- 58 morts et 528 blessés - capitale du monde du jeu - Donald Trump - Kim Jung-un - comptable à la retraite - s'est suicidé - qui a vécu par le glaive périra par le glaive – Festival Route 91 Harvest – Country Music – Steven Paddock - hôtel casino Mandala Bay - tous pourris - Pierre Perret le zizi - Tous ! Tous ! Tous ! C'est vraiment tous, que des pourris :

 


Tous ! Tous ! Tous ! C'est vraiment tous, que des pourris :

 (chanson en bas de page)

 

Face à une situation complexe, ogué, ogué.... on a tous, plus ou moins le réflexe, ogué, ogué,

 

d'écouter religieus' ment, les tromp' ries et bonniments, des experts de la télé, et du Gouvernement :

 

« Ce n'est pas la faute des politi-hiqueuh »... nous dis(e)nt-il dans leur belle rétori-hiqueuh.

 

 

 

Le chômage, la crise, on n'y peut rien, ogué, ogué... c'est à cause de nos pays voisin, ogué, ogué,

 

pareil l'insécurité, ils ne veulent pas écouter, les super nouvelles mesures, que l'on vient d'inventer.

 

Voilà quarante ans, qu'ils nous bassi-hineuh... il est vraiment temps, que ça s' termi-hineuh !

 

 

 

Tous ! Tous ! Tous ! C'est vraiment tous, que des pourris :

 

Marine, Macron... et Mélenchon... Philippe Poutou, et le grand mou,

 

Benoît Hamon, François Fillon, les deux tarés et le P.C.

 

Tous ! Tous ! Tous ! Tous ! C'est un pour tous et tous pourris !

 

 

 

Le pourri de base, on le r' connaît, ogué, ogué... à sa gueule d'énarque, un peu coincé, ogué, ogué,

 

il sourit à ses amis, bien que ceux-ci l'ont trahi,

 

on s'encule à qui mieux-mieux, chez messieurs les pourris !

 

Et bien sûr ces damesn'sont pas en rê-hêsteuh...elles sont même p't'être pires,ces petites pê-hêsteuh.

 

 

 

Prenez par exemple, Martine Aubry, ogué, ogué...quand elle pète il faut s' mettre à l'abri, ogué, ogué

 

je veux dire, « péter les plombs », cela même si attention :

 

quand elle en lâche une petite, ça doit pas sentir bon !

 

Ils s' transmettent leurs places, de père en fi-hisseuh... il est plus que temps que ça s' fini-hisseuh !

 

 

 

Tous ! Tous ! Tous ! C'est vraiment tous, que des pourris :

 

Marine, Macron... et Mélenchon... Philippe Poutou, et le grand mou,

 

Benoît Hamon, François Fillon, les deux tarés et le P.C.

 

Tous ! Tous ! Tous ! Tous ! C'est un pour tous et tous pourris !

 

 

 

Les pourris yen a, d' toutes les couleurs, ogué, ogué...

 

Ah ça ils appliquent, le black-blanc-beurre, ogué, ogué.

 

Il ya même dans not' pays, des pourris venus d'Asie,

 

et tous sont à l'unisson, pour nous prendre not' pognon !

 

Ils sont tous copains, quand ils nous vo-holeuh... c'est pour ça qu'ils font les grandes éco-holeuh.

 

 

 

Le pourri n'aime pas, l' mec des cités, ogué, ogué... l'ouvrier, le chômeur l' retraité, ogué, ogué,

 

mais parfois il en prend un, sous son aile, il est malin,

 

pour faire croire à ces copains, qu'il leur veut que du bien.

 

Mais en vérité, c' qui le moti-hiveuh... c'est d' s'acheter un château aux Maldi-hiveuh !

 

 

 

Tous ! Tous ! Tous ! C'est vraiment tous, que des pourris :

 

Marine, Macron... et Mélenchon... Philippe Poutou, et le grand mou,

 

Benoît Hamon, François Fillon, les deux tarés et le P.C.

 

Tous ! Tous ! Tous ! Tous ! C'est un pour tous et tous pourris !

 

 

 

Les pourris ne craignent, pas la prison, ogué, ogué... ils dirigent tout' les institutions, ogué, ogué,

 

ils nomment les juges les préfets, ainsi qu' les flics de quartier,

 

les Présidents d' Commission, leur doivent leur promotion.

 

La seule solution, donc au problè-hêmeuh... c'est d' les dégager, d' changer d' systè-hêmeuh !

 

 

 

Tous ! Tous ! Tous ! C'est vraiment tous, que des pourris :

 

Marine, Macron... et Mélenchon... Philippe Poutou, et le grand mou,

 

Benoît Hamon, François Fillon, les deux tarés et le P.C.

 

Tous ! Tous ! Tous ! Tous ! C'est un pour tous et tous pourris... POURRIS !

 

 

 


 

egalité&reconciliation / atelier-de-chansons-potaches.com / quenel+ / union-des-étudiants-juifs-de-jerusalem-est.com

L'édito du directeur de la publication

VERY BAD TRIP 

 

Oui, visiblement Steven Paddock n'adhérait pas à l'adage qui veut que « La musique adoucit les mœurs. »

Et il n'était pas davantage au courant que le 2 octobre 2017, date à laquelle il a fait un carton à Las Vegas,

avait été décrété « journée internationale de la non-violence. »

Ah ça, on peut dire qu'il a décroché le jackpot, ce comptable à la retraite de 64 ans,

avec les 58 morts et 528 blessés qu'il a causés à l'arme automatique, avant-hier,

dans cette ville qu'on surnomme « la Capitale mondiale du jeu. » Car le record qu'il vient d'établir là,

du plus grand nombre de victimes causées en une seule fois sur le sol américain lors d'une fusillade,

lui vaut d'occuper la première place dans l'actualité partout dans le monde, plus encore que s'il avait organisé,

et avec succès, une rencontre amoureuse entre Donald Trump et Kim Jong-un, le Président de la Corée du Nord.

 

En joue « feu ce comptable à la retraite », devrais-je plutôt dire, vu que, lui qui depuis qu'il l'avait prise,

sa retraite, était devenu joueur de poker professionnel, s'est suicidé après avoir tiré dans la foule, d'une balle dans la tête, et ceci avec l'arme avec laquelle il avait canardé tout le monde quelques instants à peine plus tôt. C'était, j'imagine, afin qu'il n'y ait pas de jaloux, ou pour donner foi à cet autre proverbe, tiré lui de la Bible :

« Qui a vécu par le glaive, périra par le glaive. »

Amen.

En tout cas, ce n'était pas du bluff.

Ah ça, ils ont été fort mal inspirés, les responsables du « Festival Route 91 Harvest »

(l'organisation au cours de laquelle s'est tenu le concert de Country Music dont il a allumé les spectateurs)

de ne pas le prendre au sérieux, quand il leur a dit, Steven Paddock, qu'il allait péter les plombs,

s'ils n'accédaient pas à sa requête tendant à ce qu'ils baissassent un peu le son, faute de quoi, lui,

leur avait-il alors assuré, il leur ferait baisser pavillon, les enverrait tous au tapis. « All in », comme on dit

en anglais, au poker, pour annoncer qu'on engage toutes ses munitions dans la bataille, ce qu'il a donc fait.

Et malheureusement, ceux qui ont payé pour voir que, justement, ce n'était pas du bluff,

ce ne sont pas les responsables du « Festival Route 91 Harvest », ce sont les spectateurs dudit concert.

Et ceci très lourdement. Non parce que, attention ! 58 morts et 528 blessés : ça en fait des jetons !

59 morts et 527 blessés, plus exactement, car on vient de m'informer que, pied-de-nez qui ne manque pas

de panache qu'il a adressé là aux militants d'extrême droite, pour qui désormais Steven Paddock est une icône, un des 528 blessés répertoriés initialement, a décidé, dans la nuit de lundi à mardi, de passer l'arme à gauche.

Et on peut ajouter à propos de l'ex-blessé en question, me souffle un Maréchal des Logis Chef Cruchot interprété ici par Patrice Alègre, qu'en portant ainsi le nombre des morts de 58 à 59, il n'a pas perdu le Nord.

En effet, qu'il officie à Saint-Tropez ou ailleurs, tout bon gendarme sait que « 59 », c'est le Nord.

À cet égard, je considère que c'est un outrage, de la part des médias, d'oser affirmer, concernant les enquêteurs,

qu'ils ne comprennent pas pourquoi c'est depuis le balcon de sa chambre d'hôtel, que Steven Paddock a fait feu,

étant donné qu'en fait, c'est l'évidence même. Une « evidence » (« preuve » en anglais) que voici en trois points.

Premièrement, c'est logique, quand on s'appelle Paddock, de se placer dans une chambre d'hôtel.

Deuxièmement, ça tous ceux qui ont fait l'armée vous le diront : la meilleure position pour viser correctement,

c'est celle dite « du tireur couché. » Or, un bon paddock, il n'y a pas mieux pour se mettre en position couchée, surtout quand comme Steven du même nom, ce n'est pas simplement un coup vite fait, qu'on a décidé de tirer,

mais plusieurs centaines. Non parce que, attention ! Comme dirait Rocco Siffredi, lui qui sait peut-être mieux

encore que Fernand Raynaud (l'auteur « du sketch »), que « Le fût du canon » met un certain temps à refroidir, les 2 ou 3 premiers coups, ok : on peut les tirer debout. Mais plusieurs centaines, que nenni ! Surtout d'affilée.

Et troisièmement, pour arroser les spectateurs du concert à 150 mètres en contrebas, le balcon du 32ème étage de l'Hôtel-Casino « Mandala Bay », où Steven Paddock avait sa chambre, était pour lui un poste de tir idéal.

527 personnes peuvent le confirmer, 59 autres sont prêtes à en attester sous serment, à titre posthume : je le jure !

Quant à la motivation de Steven Paddock, le mobile du crime, la raison qui l'a poussé à balancer la purée,

jusqu'à l'avant-dernière des presque mille cartouches dont il avait pourvu, les je ne sais plus combien, là,

d'armes de guerre ; qui formaient le véritable arsenal militaire qu'avait mis à sa disposition le deuxième amendement de leur Constitution, aux Ricains ; cette raison demeure actuellement autant pas du tout établie,

que le crédit que l'on peut résolument accorder à la revendication de Daesh, que cette boucherie serait une action qui a été menée par l'un de ces combattants, conformément à l'ordre qui lui en avait été donné. Je m'explique.

Pour Daesh, en revendiquer la paternité apparaît tout autant manifestement abracadabrantesque

(« voire pire » dixit le procureur de la République de Paris, François Molins), que la déclaration en ce sens

que 2 détenus de la Maison centrale de Poissy, Germain X. et Alfredo Y., ont chacun faite en juin 2009, concernant Zohra Z., la fille de Rachida D., 4 citoyens dont j'ai tenu ici à garder les patronymes secrets,

car l'article 9 du Code civil est on ne peut plus clair : « Chacun a le droit au respect de la vie privée. »

Et pour cause ! À en croire Abou Bakr Al-Baghdadi, l'autoproclamé Chef du prétendu État Islamique,

Steven Paddock se serait subitement radicalisé, la semaine dernière, après s'être soudainement aperçu,

en visionnant une énième fois l'intégrale de la série télévisée « Dallas », que J.R. Ewing était musulman.

En outre, que dire alors du nom de guerre qu'ils lui ont trouvé, l'État Islamique, à Steven Paddock,

« Abou Abd Al Abeloudi », ce qui en arabe veut dire, selon Éric Zemmour, « Red Hot Chili Paper. »

Ah ça, c'est sûr : plus bidon que ça, comme nom, tu meurs !

Enfin, Daesh ayant également revendiqué avoir commandité l'ouragan « Catherina », le dernier tremblement

de terre au Mexique, la crise des subprimes, le succès du mariage pour tous, le bus de Kinshasa en 2010,

le massacre des bébés phoques, et ce que leurs coiffeurs respectifs ont fait à Donald Trump et à Kim Jong-un,

on se doit, concernant cette nouvelle revendication, d'émettre des réserves à hauteur de celles de Fort Knox.

Voilà pourquoi, à la chute que m'a généreusement offerte Alain Soral pour cet édito :

« Comme quoi les vieux blancs américains n'aiment pas tous la Country Music. »

Merci Alain. J'aimerais adjoindre, en guise de mot de la fin, la déclaration que Maître Isabelle Coutant-Peyre

a faite aux journalistes en ouverture du procès du « Gang des Barbares », et qu'on retrouve au tout début du film

« Tout, tout de suite » ; une daube faite autour de l'assassinat du jeune Ilan Halimi ; ainsi que la réflexion pleine

de bon sens, elle, que mon père, 77 ans, m'a livrée ce matin, après avoir dressé, lui aussi, un bien triste constat :

« Youssouf Fofana et mon client sont des victimes des dérives que peut produire notre société. »

« Il y a 3 ans, j'ai acheté un appareil auditif à 2 400 €, qui n'a pas eu plus d'effet positif sur mes tympans,

que François Hollande sur le chômage. J'aurais mieux fait d'acheter du saucisson : j'en aurais encore ! »


 

 

egalité&reconciliation / atelier-de-chansons-potaches.com / quenel+ / union-des-étudiants-juifs-de-jerusalem-est.com

L'édito du directeur de la publication

Ne m'appelez plus jamais « France » !

Comme Michel Sardou le chanterait évidemment nettement mieux que moi (quoi que ?)

le paquebot France est en train de faire naufrage, sabordé qu'il a été par les capitaines qui se sont succédé

à sa barre (série en cours avec le commandant Macron) depuis que le Général de Gaulle a quitté le navire.

Amen

Si en Iran, en Irak, en Arabie Saoudite, au Qatar, au Sultanat d'Oman ou dans tout autre pays musulman,

deux catholiques intégristes venaient soudain à décapiter un imam dans une mosquée,

les dirigeants de ces pays et leurs médias tous aux ordres, ne claironneraient pas que

« Ce ne sont pas de vrais catholiques : c'est une infime minorité qui dénature une belle religion,

une religion de paix. Les Catholiques sont une chance pour notre pays. Pas d'amalgame ! »

des couleuvres que les habitants de ces pays refuseraient d'avaler, fussent-elles estampillées halal.

Non. Les dirigeants de ces pays feraient immédiatement exécuter tous les Chrétiens ayant peu ou prou

contesté l'hégémonie totale et absolue (et s'imposant en toutes matières) du Coran en tant que dogme,

les habitants de ces pays, musulmans soi-disant « modérés » en tête, et radicalisés revendiqués,

massacreraient immédiatement tous les chrétiens sans distinction aucune, au nom d'Allah bien sûr,

et le monde musulman tout entier en appellerait au Djihad.

Et ses dirigeants successifs depuis 48 ans, et ses médias eux aussi aux ordres,

ayant tous œuvré pour son islamisation, si ça se produisait en France, ça serait pareil !

D'où ce commentaire, en guise de conclusion, à propos de cette déclaration de ce soldat de Daech,

qui, comme plusieurs centaines d'autres, s'est rendu aux forces syriennes qui ont libéré la ville de Raqa,

un de ces « Fous de dieu » qui pendant plus de 2 ans ont confiné la population locale dans l'enfer

de l'État islamique et sa Charia des décapitations de masse, démembrements et autres châtiments corporels,

de l'asservissement total des esprits et de l'esclavage matériel, intellectuel et sexuel des femmes :

« J'aimerais aller m'installer en Allemagne pour offrir une vie meilleure à mes enfants. »

Grâce au chaos total voulu en Europe par les pontes du Nouvel ordre mondial, chaos qui doit s'opérer

par le remplacement de la population autochtone par des peuplades africaines barbares et rétrogrades

(envahisseurs musulmans exigeant des droits mais niant tout devoir, et refusant toute forme d'intégration)

et via celles-ci, son islamisation, à l'Europe, jusqu'à justement la substitution de la Charia aux lois républicaines des différents pays qui en sont déjà durement affectés et qui en seront très bientôt totalement détruits,

et grâce au zèle infini des ambassadeurs qu'ils ont mis en place, les pontes du Nouvel ordre mondial,

pour accomplir cette tâche scélérate et funeste, Angel Merkel et Emmanuel Macron en tête.

Grâce à tout ceci, cela va donc être effectif : ce fils de pute de djihadiste va pouvoir aller s'installer

en Allemagne, ou en France, et offrir une vie meilleure à ses enfants, pendant qu'à l'inverse,

les enfants de la France ancestrale, eux, connaîtront l'enfer de la France devenue totalement islamisée

et sa nouvelle devise qui ne sera donc plus « Liberté, Égalité, Fraternité », mais « Islam, Charia, Djihad. »

 

Roger la mouche

 

tous pourris