L’état de droit et la guerre. La Nation est régie par notre système juridique basé sur la déclaration des droits de 1789. C’est le respect et l’application de la loi qui assurent la paix publique ? Il y a une exception.


MAIS DE QUI SE MOQUE-T-ON ? 

 

Si certes la Déclaration des droits de 1789, fondement de tout notre système juridique, consacre la primauté absolue de la loi, c'est cependant uniquement dans le cadre intrinsèque à la loi, que cette primauté doit lui être accordée, à savoir l'intérêt public. 

En effet, contrairement à ce qui est affirmé par ceux qui, pour justifier l’application aveugle de la loi, se prévalent de la notion d'État de droit, et soutiennent que l’État de droit consiste à faire application de la loi, même quand l'application de la loi va à l’encontre de l'intérêt public, en réalité, primauté de la loi ne signifie pas primauté absolue de la loi, mais comme je vous l'ai dit juste avant, primauté de la loi uniquement à l'intérieur du fondement intrinsèque à la loi, à savoir l'intérêt public. 

Car quelle que soit la forme de la loi s'agissant de son apparition en tant que norme, à savoir, naturellement, ou de manière coutumière, imposée, ou votée, ce fondement intrinsèque à la loi qu'on appelle intérêt public, consiste en réalité, en celui des règles de vie en communauté, et dont le respect est, pour certaines, carrément indispensable à l'existence même de la société des hommes. 

Ainsi, quand l'application de la loi va à l'encontre de l'ordre public, l'État de droit consiste justement, à ne PAS faire application de la loi. Et c'est aux dirigeants qu’il appartient d'y pourvoir, quand la loi ne peut pas, ou ne peut plus régir la situation, dans le sens du respect de l'intérêt public. 

Et tel est le cas de toutes les situations qui ne sont pas « normales. » La raison à cela est que la loi pose la règle, et non pas l'exception. Dès lors, la loi, en fait, ne peut régir la société des hommes, que dans les situations << normales >> de son existence. 

Or la guerre « traditionnelle » et cette nouvelle forme de guerre qu'on appelle le terrorisme, la guerre est à l'opposé de l'existence << normale » de la société des hommes. C'est pareillement 100% vrai aujourd'hui avec le terrorisme, que ce l'était hier avec les belligérants nazis. 

La guerre va à l'encontre de la règle qui est la première des règles de la société des hommes, pour indispensable qu'elle est à son l'existence même, à savoir maintenir la population en vie. 

Et en outre, tant par nature (moyens utilisés) que par destination (but recherché), la guerre fait fi de toute création juridique. Comme ce fut jadis par le glaive, la guerre cherche dorénavant par les bombes et autres engins de mort de masse, à détruire la société quelle combat. 

Voilà pourquoi la loi ne peut nullement régir une situation de guerre. Et voilà pourquoi, seul faire la guerre, peut combattre la guerre. 

Et à la guerre, la seule et unique loi qui est d'application, c'est tuer l'ennemi, l'exterminer. 

C'est l'histoire qui parle. La guerre ne laisse véritablement place à la paix, que dans les deux cas suivants. Soit quand ceux qui ont déclenchée la guerre, ont tous été tués, soit l'inverse : quand eux ont totalement détruit ou asservi la société contre laquelle ils l'ont déclenchée, la guerre en question. 

Et notez d'ailleurs qu'il en est de même de la démence. Certes le fondement à son exclusion de l'application de la loi, tient elle à l'impossibilité physiologique pour le sujet, de décider d'adhérer ou non à la règle, et non pas à la volonté de ne pas y adhérer, du criminel et du belligérant. 

Mais c'est bien parce que la démence est une situation qui n'est pas compatible avec l'application de la loi, qu'en réponse à la démence, il est fait application d'une règle spécifique : au lieu d'être jugés et emprisonnés pour telle durée déterminée, les déments sont internés, ce jusqu'à ce que leur mort intervienne; une mort qu'on n'hésite pas à accélérer, via la camisole chimique ou la lobotomie, quand le dément présente des risques d'atteinte à l'intégrité physique.  

Et ça ne choque personne ! 

Alors pourquoi en est-il  autrement, avec cette situation de guerre qu'est le terrorisme ? 

En 1914 comme en 1940, pour combattre les Allemands, ce qui les a effectivement vaincus, ça n'a pas été l'application de la loi alors en vigueur, ni faire des lois ad hoc. Non, mon Capitaine ! Dans les deux cas, ce qui a mis fin à la guerre, ça a été de faire la guerre contre les Allemands. 

Et à chacune de ces deux fois, la fin de la guerre est intervenue effectivement, uniquement quand tous les combattants « soldats » Allemands ou presque, ont été tués. 

Voila. Et si ci-dessus j'ai mis entre guillemets, « soldats », pour les combattants allemands, ce n'est pas pour dépouiller cette précision, d'un caractère apparemment surabondant, dont en réalité elle n'est nullement affectée. 

En effet, qu'il s'agisse d'habiller, nourrir ou armer les soldats allemands, tous les Allemands qui ont participé à l'effort de guerre allemand, ont combattu aux côtés et pour les soldats allemands. A cet égard, ils sont donc bien pleinement des combattants allemands. La seule différence qu'ils ont avec les combattants allemands « soldats », c'est qu'ils sont, eux, des combattants « civils ». 

Et si en 1918, les alliés avaient exterminé tous les combattants allemands, soldats et civils, il n'y aurait eu, ni nazisme, ni la seconde guerre mondiale. Et cela pour la simple et unique raison, qu'il n'y aurait eu plus un seul Allemand, ou en tout cas pas assez pour faire une armée, ni encore moins pour former une armée capable de faire la guerre. Les seuls Allemands qui auraient échappé à l'extermination, auraient été les vieillards et les enfants : les vieillards n'auraient pas pu formater les enfants à la guerre, comme l'ont fait Hitler et le nazisme, ni faire la guerre eux-mêmes, 30 ans plus tard, morts de vieillesse ou grabataire qu'ils auraient été. 

Cette règle de l'extermination de tous les combattants, soldats et civils, était respectée avant : le vainqueur laissait vivants, uniquement les vieillards et les enfants, car au moment de la victoire, ni les uns, ni les autres ne représentaient un quelconque risque de nouvelle guerre. Et pour s'assurer que les enfants ne représenteraient pas un pareil risque, une fois adultes, le vainqueur enlevait tous les enfants du vaincu et il les éduquait selon sa culture à lui, la culture du vainqueur. 

Dernier exemple en date, c'est selon cette méthode ça que les << gentils >> colons américains se sont mis à l'abri des << méchants>> indiens, leurs « terroristes » de l'époque. 

Oui, la seule et unique réponse à apporter à cette situation de guerre; que revendiquent les terroristes ; qu'est le terrorisme, ce n'est pas simplement de dire que la France est en guerre, comme le font les incapables et lâches qui gouvernent l'Europe. Non ! La guerre, il faut la faire. 

Dans cette situation de guerre qu'est le terrorisme, il faut faire la guerre aux terroristes : c'est ça et uniquement ça le respect de l'État de droit, en cette occurrence. 

Et faire la guerre aux terroristes, ça consiste à les identifier, afin de les exterminer tous. 

Alors bien sûr, là on va nous dire, << Mais comment les identifier tous, les terroristes ? >>, au sens de distinguer, parmi les musulmans, ceux qui sont des terroristes, des autres. 

Car oui, ne nous voilons pas la face : les terroristes sont tous des musulmans. 

Et bien c'est simple.  

Première étape, arrestation tous ceux qui prônent le terrorisme, et arrestation de tout activiste terroriste qu'on peut choper vivant (grâce au cyclopropane, un gaz soporifique invisible et inodore). 

Deuxième étape, obtenir de tout ce petit joli monde, l'identité de tous les autres terroristes qu’ils connaissent ou dont ils ont entendu parler, et ceci par la torture. C'est << Allah foi >>la méthode la plus rapide et la plus efficace : son taux de réussite est garanti à 100 %. 

Troisième étape, s’occuper de la façon suivante des terroristes dénoncés lors de l'étape n° 2 : d’une part, essayer de choper vivants les têtes pensantes, ceci afin de leur appliquer l'étape n° 2 et d’autre part, tuer tous les autres, ainsi que les têtes pensantes qu'on ne peut pas chopper vivants et tuer pareillement, car devenus alors inutiles, tous ceux qui ont été arrêtés lors de l'étape n° 1. 

Quatrième étape, appliquer l'étape n° 2 aux terroristes qu'on a chopés lors de l'étape n° 3. 

Cinquième étape, procéder comme à l'étape n° 3. 

Et sixième étape, répéter les étapes n° 4 et n° 5, jusqu'à élimination de tous les terroristes. 

C’est comme ça que Vladimir Poutine s’est débarrassé de << ses >> terroristes tchétchènes : il leur a appliqué cette méthode mise au point par le KGB, et il les a tous fait éliminer physiquement. Et depuis cela la communauté musulmane Russe ne pose plus aucun problème à la Russie. 

Car en plus, eux les Russes, ils ne font les choses à moitié. Comme tout autre citoyen, Russe ou autre, qui vit en Russie, le citoyen musulman bénéficie de toutes les spécificités inhérentes à la condition de citoyen. Mais s’il exige d'autres spécificités, propres à sa condition de musulman, il est éliminé, éliminé physiquement. Et il en est exactement de même, pour tout citoyen qui exige des spécificités propre à une autre condition : religieuse, ethnique, culturelle, sexuelle, etc. Hé oui, en dépit de toutes les critiques qu'ont peut bien porter à son débit, Vladimir Poutine est un homme d’Etat, au sens premier du terme, à savoir qu'il œuvre, lui, pour le respect de l'Etat de droit dont je vous ai indiqué plus haut la véritable substance : il protège son peuple et sa culture, cette culture ancestrale qui fait le peuple Russe, et qui a autant contribué à la défaite de Napoléon et à celle d'Hitler, que l'extrême rudesse de l'hiver russe. 

Ah ça, ce n'est pas avec les chars de la Gay-Pride, qu'on va se débarrasser des terroristes ! 

En réalité, le seul homme d'État européen, c'est Vladimir Poutine. 

Et il n’a que deux équivalents dans le reste du monde : les dirigeants Chinois, et les dirigeants Israéliens qui font la guerre aux terroristes palestiniens. Mais avec ce bémol, néanmoins, concernant les Israéliens : ils sont beaucoup trop tendres avec leurs terroristes. Ils font une application modérée des six étapes que je vous ai listées et détaillée : ils n'appliquent pas la torture à tous les terroristes qu’ils chopent vivants, ce qui fait qu'ils sont encore très loin d'avoir identifié tous les terroristes, d'une part, et d'autre part, ils emprisonnent les terroristes au lieu de tous les tuer. 

Toutefois, c’est malgré tout déjà nettement plus efficace . . . que la déchéance de nationalité. 

Non ! Parce que, c'est certain, ce n'est pas avec des Hollande et Valls, des Sarkozy et Juppé, des écolos et des gauchistes à la mords-moi le nœud, des bougies, des fleurs, des prières, des pleurs et des discours qui prônent l’Etat de droit tels que tous ces incapables et lâches en ont la conception, qu'on va la gagner, la guerre contre le terrorisme.                                                                                                                          

Pire encore ! Tous ces fous appellent au « pas d'amalgame. » Ils crient à l'islamophobie. 

Décidément, non ! Ce n'est comme ça qu'on va sauver la France, cette France de naguère, celle forte, fière et digne, pour laquelle 1 million 400 mille Poilus sont morts dans les tranchées dans des conditions atroces, et pour laquelle tant de Résistants sont morts, la plupart sous la torture. 

C'est sûr, la bataille de la Somme, Verdun, le maquis, le débarquement en Normandie en Provence, la reconquête du territoire, tout ça, j'insiste, ce n'était pas la Gay-Pride ! 

Pauvres Poilus ! Pauvres Résistants ! Tous ces Français qui sont << morts pour la France >>, comme on dit, s'ils pouvaient voir ce qu'elle est devenue, ce qu'en ont fait les collabos de tous bords qui l'ont vendue à l'islam ; contre la voix de ces citoyens, français de par leurs papiers d'identité, certes, mais qui disent désormais ouvertement être musulmans avant d'être français, et qui exigent tous les avantages de cette citoyenneté, mais en réfutent tous les devoirs. S'ils pouvaient voir cela, ils diraient, comme Jean Gabin, alias Jean-Marie Pejat, dans le film <<Les Vieux de la Vieille >> : 

<< Si on avait su ça, on aurait fait exprès d' la perdre ! >> Quoi ? << La guerre heu d' quatorze ! >> 

Alors, << Aux Armes, citoyens ! Formez vos bataillons ! >> 

Et faisons en sorte que le sang dont il convient que nos sillons s'abreuvent, soit celui de tous ceux qui nous livrent cette guerre intestine, lâche et vile qu'est le terrorisme, tous sans exception.

 

Et Vive la France ! 

 

Germain GAIFFE


 

<a href="http://referencementsite.page-internet.net" title="referencementsite.page-internet.net">référencement naturel</a> - <a  href="http://telecharger-yesmessenger.softgratuit.eu" title="telecharger-yesmessenger.softgratuit.eu"> télécharger yes messenger</a> - <a  href="http://www.locations-voitures-guadeloupe.fr" title="locations-voitures-guadeloupe.fr">location vacances guadeloupe</a> - <a  href="http://www.voyance-marabout-elaz.com" title="voyance-marabout-elaz.com">voyance sérieuse</a><br><a  href="http://votonsidi.com" title="votonsidi.com">tchad</a> - <a  href="http://www.agenceoceanelorient.fr" title="agenceoceanelorient.fr">Location appartement Ploemeur</a> - <a  href="http://www.888-limousine.com" title="888-limousine.com">Location de limousine</a> - <a  href="http://www.lab-foto.com" title="lab-foto.com">idée cadeau de naissance</a>