Dès sa nomination je me suis adressé à Bruno Parent, le haut fonctionnaire patron de la direction générale des finances publiques, il remplace depuis juin 2014 Bruno Bézard ? A Bercy Bruno remplace Bruno mais aucun ne répond, ils ne répondent pas sur le crime de faux en écriture publique commis dans un redressement fiscal effectué par les contrôleurs et directeurs régionaux. Bruno Bézard et Bruno Parent ont tous deux violé l’article 27 de la loi 83-634 : Les fonctionnaires ont le devoir de satisfaire aux demandes d'information du public dans le respect des règles mentionnées à l'article 26 de la présente loi. Bruno Bézard m’a poursuivi en correctionnel pour outrage ! ! ! Oui en France c’est un outrage de réclamer son droit ! ! ! !- - - - - - - - - La première page de ce chapitre est formée du dernier avis ‘’ assassin ‘’ du trésor public. - - - - - - - - - Suit ma 4ème réclamation faite au Directeur Général des Finances Publiques, DGFIP Bruno Parent 139, rue de Bercy 75572 Paris, elle contient l’historique et la justification de ma hargne : l’ignominie commise par le fisc et l’avocat Pierre Martel est couverte par le bâtonnier de Grasse et par l’administration judiciaire entière jusqu’au plus haut degré : le premier président de la cour d’appel d’Aix en Provence et le parquet général.

        

 

Du nouveau ! Avant de lire le fond de cette affaire, de ce crime, voyez mes deux derniers courriers, voyez ce que les soi-disant haut fonctionnaires sont capables de faire :

Louis Gaiffe                                                                                      

les bartavelles

180, avenue de Gaulle

06700 Saint Laurent du Var                                       le 4 avril 2016        

tél : 04 93 06 09 15 81 60

l.g007crime@gmail.com

www.louisgaiffe.fr 

 

                                                                                  Monsieur Bruno Parent

                                                                                  DGFIP

                                                                                  139, rue de Bercy

                                                                                  75572 Paris cedex 12

                                                          

                                                                       Monsieur

 

C’est le 5ème courrier sans réponse !

 

1)         Ci-joint la copie de mon courrier au DDFIP des AM, ce courrier vous va tout aussi bien.

 

2)         J’ai lu dans la presse :

 

Woerth visé par une enquête sur son méga cadeau fiscal à Tapie.

 

Une information judiciaire pour « concussion, complicité et recel » vient d’être ouverte contre l’ancien ministre du budget, au sujet du cadeau fiscal qu’il a fait à Bernard Tapie en 2009. Mediapart avait révélé que Woerth lui a accordé une ristourne d'au moins 58 millions d’euros. 

Philippe Parini, votre comparse de l’époque, n’a pas été étranger à ce délit ! En effet un tel cadeau ne peut se faire qu’avec la complicité du DGFIP. Si le DGFIP refuse la remise gracieuse le ministre n’ose la faire, il a bien fallu que Parini la signe, voire la . . . propose ! 

Alors un DGFIP est de nature à faire un cadeau de 58 millions à un bandit comme Tapie ! Votre comparse bénéficia-t-il  d’une ‘’rétro commission’’ ? 

Je comprends pourquoi et comment vous, les DGFIP, êtes capables de cautionner un crime comme vous le faites pour le redressement criminel établi contre moi : 362 820 euros !

 

Je vous méprise. 

                                                                                  L. Gaiffe

 


 

Louis Gaiffe                                                                                  

180, avenue de Gaulle

06700 Saint Laurent du Var                       le 31 mars 2016 

tél : 04 93 26 02 13  -  06 09 15 81 60  

mail : l.g007crime@gmail.com

www.louisgaiffe.fr       

                                                                                  Monsieur Christian Guicheteau

                                                                                  DDFIP

                                                                                  15 bis, rue Dellile

                                                                                  06073 Nice cedex 1

 

                                                                       Monsieur

 

 Document joint 

 

Une nouvelle fois vos services tentent une saisie illégale. Ils connaissent pourtant bien notre situation financière, notamment que le compte de mon épouse n’est alimenté que par sa pension de retraite minimum vieillesse servi par la CARSAT Marseille de € 255,71 ! 

Qu’à cela ne tiennent, en plus du crime de faux qu’est le redressement de 362 820 euros établi par Ottavy avec la complicité de l’avocat Martel, voler la famille Gaiffe de quelques centaines d’euros ressemble à une plaisanterie mais, suivant le code pénal, c’est de la concussion. 

Je ne puis vous saluer. 

                                                                                                          L. Gaiffe